• 500 signatures pour exister

    Posez une règle : obtenir au moins 500 « parrains » pour être candidat officiel à l'élection présidentielle.

    Posez un postulat vérifié : la plupart des élus locaux se divisent entre les deux principaux partis de gouvernement (PS et UMP) et les non cartés sont dépendants des subventions accordées par les autres.

    Cela posé, prenez une importante poignée de « petits candidats », c'est à dire ceux qui grosso modo ne pourront pas viser plus de 5% au premier tour des présidentielles mais qui pour, certains d'entre eux, peuvent gêner ou conforter l'un des deux favoris. Ajoutez-y un gros candidat dans tous les sens du terme pour qui le simple fait d'accorder un parrainage est un acte à haut risque politique mais qui est une véritable variable d'ajustement. Enfin, complétez avec un troisième larron qui dispose lui de ses parrainages mais pour qui les intentions de vote au premier tour, quelque soit la volatilité de ces intentions, deviennent un problème majeur pour les deux favoris, à leur très grande surprise.

    Vous obtenez un tout extrêmement complexe.

    En 2002, aucun obstacle majeur ne s'était dressé sur la route des Le Pen, Mamère, Besancenot, Laguiller, Chevènement, etc... L'ensemble de ces candidats était parvenu à faire que les voix au premier tour ont été particulièrement dispersées aux dépens de Lionel Jospin, avec la suite que l'on connaît.

    En 2007, au souvenir de cette leçon, on s'intéresse beaucoup plus aux parrainages, qui sont intégrés pleinement à la stratégie des deux favoris pour le premier tour des présidentielles. A cet égard, la sortie récente de Nicolas Sarkozy sur France 3 ne manque pas de sel. Dans sa grande générosité, Monsieur Sarkozy a annoncé qu'il se battrait, au nom de la démocratie, pour que Le Pen et Besancenot puissent concourir ! Pourquoi ces deux-là ? Pourquoi pas Voynet ? Lepage ? Bové ?... Curieuse conception de la démocratie qu'un candidat décide de quels autres candidats pourront concourir... Ou alors serait-ce parce que Besancenot affaiblirait Royal et Le Pen affaiblirait Bayrou, sans parler du report de voix au second tour entre Le Pen et Sarkozy ?

    Au moins, peut-on mettre au crédit de Sarkozy de briser le silence sur une hypocrisie extraordinaire, celle des parrainages... Mamère aurait-il pu être au premier tour en 2002 sans le PS ? Le Pen aurait-il pu l'être sans Chirac ? Si Voynet est au premier tour en 2007, ne le devra-t-elle pas au PS ?

    Ne serait-il pas temps de réformer ce système absurde et contre-productif ?


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :