• Jeanne d'Arc est tombée de son cheval


     
     
    Alors que François Bayrou monte, sans doute un peu artificiellement dans les sondages à la manière d'un Chevènement en 2002, Ségolène Royal continue sur la pente descendante.

    De quoi craindre un nouveau 21 avril 2002 car le score de Jean-Marie Le Pen est, à n'en pas douter, sous-estimé et celui de Bayrou probablement sur-estimé.

    Plus grave, au-delà des sondages, c'est l'impression que plus les Français connaissent Ségolène Royal, moins ils l'apprécient, découvrant semble-t-il un visage peu conforme à celui qu'on leur a vendu pendant un an.

    Par ailleurs, comment ne pas s'inquiéter d'une campagne teintée d'un amateurisme, sans doute grossi par les médias. Mais le fait est que ce qui importe est ce qui semble plus que ce qui est réellement.

    Car ce qui est réellement c'est qu'en proposant tout et son contraire, le programme du candidat de la droite est imprégné de démagogie et de populisme et que la sincérité de son chiffrage est franchement douteuse. Mais décidément, ce qui semble, c'est que Nicolas Sarkozy se sort mieux de cet exercice que la candidate du PS, pourtant plus cohérente et réaliste sur ce coup là.

    Bref, le poison est injecté dans la campagne de Ségolène Royal et il est à craindre pour les sympathisants du PS qu'elle ne parvienne pas à redresser la barre. Quand bien même elle se sortirait bien de sa prestation de ce soir, sur TF1, la chaîne de l'impartialité, quand bien même elle trouverait enfin une organisation, communiquée jeudi, adéquate pour mener sa barque de candidate, elle inquiète et déçoit tant qu'il lui sera très difficile de retrouver une crédibilité.

    Alors que faire ? Le constat communément admis est que beaucoup des nouveaux sympathisants du candidat centriste sont des sympathisants de Dominique Strauss Kahn. Est-ce à dire qu'une candidature de DSK ferait immédiatement perdre 5 points à Bayrou, le ramenant à un score de 7% d'intentions de vote ? Possible. Mais dans ce cas, faut-il y voir une aspiration de l'électorat français à une gauche moderne, social-démocrate ? Faut-il considérer que le discrédit de Ségolène Royal est aussi dû à ses concessions aux vieilles rengaines du PS, par rapport à l'image de modernité qu'elle incarnait pendant la campagne interne ? N'y a-t-il pas là la marque du mal qui ronge le PS depuis 2002 : l'absence de leadership ?

    Dans les coulisses, l'hypothèse d'un changement de candidat est de plus en plus évoquée et le nom de Dominique Strauss Kahn circule.

    Pour ma part, je n'ai aucun doute : si Dominique Strauss Kahn avait été candidat dès le début, les chances de l'emporter auraient été bien plus grandes, d'autant que cette élection devait être pour la gauche. Mais aujourd'hui ?


  • Commentaires

    1
    jbernard
    Lundi 19 Février 2007 à 12:13
    Bonne analyse...
    bien que je pense, contrairement à toi, que Bayrou démontre qu'il peut y avoir une vie en dehors de l'affrontement gauche-droite. Quant à Ségolène, plus je la vois et l'entends, plus j'en deviens allergique, je ne supporte plus son sourire standard, ni son côté donneur de leçons... Serais-je devenu mysogine à l'insu de mon plein gré ? ...mais DSK serait un bien meilleur représentant de cette gauche moderne si difficile à trouver en France !
    2
    Lundi 19 Février 2007 à 13:11
    Français boudeur, Français rêveur
    SR c'est une main de fer dans un gant de velours, si elle en est arrivée là aujourd'hui, ce n'est pas par hasard et sa façade psycho rigide me fait bien rire.. Mais c'est qu'il faut assurer face à ce matraquage, vous pourriez vous ? Moi, non. Je reste persuadée que le français râleur qui a soutenu sarkozy ces mois ci, n'aura pas le cran d'aller jusqu'au bout, devant l'urne il changera d'avis, car le français est ainsi, râleur et lâche et jamais au nom jamais il ne sera prêt à dire adieu à ses acquis..et à bouleverser sa vie..
    3
    Lundi 19 Février 2007 à 13:13
    Bayrou, oui
    Je voterai Bayrou, oui, si SR ne devait pas être au second tour..
    4
    Archignac Profil de Archignac
    Mardi 20 Février 2007 à 16:53
    bayrou non
    jbernard> Hier sur Tf1, Ségolène Royal a retrouvé les accents "justes" de la gauche moderne et pragmatique que nous sommes quelques uns à attendre de voir accéder au pouvoir. Bayrou c'est du pur marketting politique, je n'y crois pas. Par ailleurs, dans un pays comme la France, une coalition de type centre - droite modérée et gauche social démocrate, je n'y crois pas non plus. C'est la fin de la politique et l'exemple allemand ne montre pas que ça soit la voie à suivre.
    5
    Archignac Profil de Archignac
    Mardi 20 Février 2007 à 16:55
    mouais
    Fanette> Je me méfie de ce genre de généralisation culturelle. Le Français est prêt au changement pour peu qu'on lui montre qu'il est nécessaire.
    6
    Mercredi 21 Février 2007 à 23:24
    How DSK ?
    Alors comme ça, en coulisses, on souhaite un retour de DSK... Excellente nouvelle. Mais comment le PS peut-il expliquer à ses militants qu'il change de cheval ? Qu'il fait fit de leur vote ?
    7
    Archignac Profil de Archignac
    Vendredi 2 Mars 2007 à 16:59
    ben oui
    Question essentielle Ronchon, question essentielle... mais qui ne se pose probablement plus aujourd'hui...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :